top of page

A la découverte du Freelancing avec Orellie Veckranges


Il y a deux ans encore, Orellie était salariée au sein d’un groupe international où elle était Chargée de recrutement. Aujourd’hui, elle est Rédactrice web SEO en Freelance et elle n’a jamais était aussi épanouie dans sa vie professionnelle. Mais qu’est-ce que le freelancing exactement ? Quels sont les avantages qu’offre ce contrat ? Et surtout, comment réussir et bien gagner sa vie en tant que Freelance à Maurice ? Dans cet article, Orellie nous dévoile ses secrets et nous embarque dans un partage d’expérience tout à fait inspirant !



Sur LinkedIn, nous pouvons voir que vous êtes Rédactrice Web SEO en Freelance. Comment votre aventure dans le Freelancing a-t-elle commencé ? Avez-vous toujours eu envie de travailler à votre propre compte, ou est-ce arrivé par hasard ?


Travailler à mon propre compte était une évidence pour moi. J’en ai toujours rêvé. Malgré mes diverses expériences professionnelles, je dois avouer que je n’ai jamais réellement trouvé la satisfaction dans ce que je faisais. Du moins, pas sur le long terme. Pour moi, la grande question était de trouver la “bonne idée” qui allait me permettre de faire une activité professionnelle épanouissante. Alors, au tout début, je me suis lancée dans de longues recherches pour savoir ce que j’allais bien pouvoir mettre en place. Un jour, je suis tombée sur une vidéo qui parlait de rédaction Web. Et là, ça a été le déclic. J’ai toujours aimé les livres et je ne m’étais jamais vraiment penché sur l’écriture. Visualiser cette vidéo m’a fait prendre conscience que je pouvais prendre du plaisir à travers la création de textes.

J’ai donc fait mes débuts sur des plateformes de Freelance, dont Upwork. Au départ, je n’étais pas très active et puis, je suppose que j’ai eu la chance du débutant, puisqu’un client m’a contacté. C’était ma première mission. À l’époque, j’étais encore en CDI. Ce premier contrat a laissé place à d’autres demandes de la part du même client et ce n’est qu’en septembre 2021 que j’ai pris la décision de m’y mettre à fond, sans savoir si j’allais véritablement pouvoir m’en sortir. Avec le recul, je me dis que c’est la ténacité qui m’a permis de continuer…


Certains de nos lecteurs ne savent peut-être pas ce qu'est le freelancing et comment cela fonctionne. Pouvez-vous expliquer de quoi il s’agit et en quoi il diffère de l'emploi traditionnel ?


Le freelancing s’apparente tout simplement au fait d’être un travailleur indépendant. Autrement dit, il n’existe absolument aucun lien de subordination entre le Freelance et la personne pour laquelle la mission est exécutée. Il n’y a donc aucun contrat de travail entre les deux parties. Le freelance peut choisir le type de mission qu’il accepte. Il a la liberté de collaborer avec les clients qu’il souhaite. Il peut gérer son activité comme il l’entend. Il peut définir ses propres tarifs et son salaire. C’est lui qui définit les règles pour gérer son job.


En revanche, il convient également de préciser que le freelancing n’est pas qu’un long fleuve tranquille. Les missions ne tombent pas des arbres et il est important de s’activer pour trouver des clients. Une fois que c’est fait, il faut se donner à fond pour les fidéliser. D’ailleurs, dans le freelancing, nous ne pouvons pas nous permettre de dormir sur nos lauriers, car le manque de constance peut laisser place à l’inactivité et à une baisse de revenus. Dans une telle situation, cela peut décourager et générer de l’incertitude dans la valeur de ce que l’on fait.


A quoi ressemble votre journée de travail type en tant que Freelance ?


Bien que je sois la première personne à dire que le Freelance est libre de gérer son temps de travail comme il le souhaite, je ne serais pas de ceux qui vont vous vendre du rêve pour ce type d’activité. En réalité, je suis une personne extrêmement exigeante envers moi-même et il est vrai que je passe de nombreuses heures par jour à réaliser mes tâches. Après, quand on aime ce qu’on fait, on a vite tendance à ne plus considérer cela comme du “travail” au sens propre.


Une journée type pour moi s’apparente à la vérification d’e-mails, puis je passe directement à la rédaction de mes textes puisque je planifie toujours ma journée du lendemain la veille. C’est indispensable pour moi, parce que cela me permet de dormir sur mes deux oreilles. Une grande partie de ma journée est consacrée à la recherche d’informations et à l’écriture. Et une fois que j’ai terminé ma liste, je peux commencer la correction, la relecture, la vérification de non-plagiat et la recherche d’images. Tout ceci me prend une bonne heure et demie. Quant à la mise en page des articles, c’est relativement simple à réaliser et c’est généralement le moment idéal pour moi pour écouter des podcasts. C’est le petit moment de détente de la fin de journée.


Quels sont, selon vous, les avantages et les inconvénients du freelancing, en particulier pour les jeunes ?


Il y a de nombreux avantages à être un Freelance. Pour ma part, j’apprécie cette liberté et cette flexibilité qui me permettent d’avoir l’emploi du temps que je désire. De même, le freelancing permet de travailler là où on le souhaite. Après, je dois avouer que je m’en tiens souvent à mon bureau chez moi pour écrire, car c’est là que je m’y sens le mieux et que je suis capable de me concentrer.


De plus, le freelance peut définir sa propre méthode de travail. Il est le seul responsable de la gestion de ses missions, de ses clients et de ses projets personnels. Aussi, les revenus du freelance ne sont pas plafonnés. Il a la possibilité d’adopter la bonne stratégie pour développer son activité et être gagnant de ce point de vue-là.


Enfin, le plus gros atout d’être Freelance, c’est que l’on a la chance de faire un travail qui a du sens pour nous, qui nous permet de respecter nos propres valeurs et qui nous rend heureux de nous lever chaque matin.


A contrario, qui dit freelancing dit également revenus irréguliers. Il suffit qu’un client nous lâche pour que ça soit la catastrophe. Les périodes creuses peuvent également être stressantes. Ce qui engendre aussi de la charge mentale, parce que oui, être à son compte est stressant. Nous sommes responsables de notre réussite et c’est à nous de trouver les bonnes méthodes pour innover. Il y aura également des moments où les préjugés des autres pourront nous mettre un coup au moral. Il faut justement être capable de ne pas se laisser affecter par tout ceci, même si en soi, nous restons humains et que ce genre de chose nous touche.

Le dernier inconvénient du freelancing selon moi, c’est la solitude. On peut rapidement se retrouver isolé du reste du monde, parce qu’on fait une chose différente et qu’on ne connaît pas forcément d’autres personnes dans le même domaine.


Selon vous, quelles sont les compétences et les qualités essentielles à avoir pour réussir en tant que Freelance ?


Tout d’abord, il faut se placer en tant qu’expert, et cela, quel que soit le domaine que l’on choisit. Bien entendu, la phase de formation est indispensable. Pour ma part, j’ai essentiellement appris grâce à des vidéos et à l’aide de mes nombreuses recherches sur le web. Je n’avais pas non plus beaucoup de moyens et j’ai dû mettre mon côté autodidacte en avant. Après, j’ai eu la chance de tomber sur un client qui m’a énormément coaché. Je lui en serai toujours reconnaissante.


Le Freelance a également besoin d’être organisé et avoir une bonne capacité de réflexion et d’analyse. C’est ce qui lui permettra de trouver des solutions pour les défis qui se présenteront sur sa route. En outre, avoir des connaissances en gestion financière et quelques bases du marketing digital aident aussi pas mal. Enfin, je dirais que le freelance doit savoir vendre ses services et si en plus de cela, il a un bon sens relationnel, il saura au top !


Quelles sont les étapes à suivre pour se donner toutes les chances de réussite, quand on se lance en Freelance ?


L’organisation et la discipline sont les deux éléments qui priment dans le freelancing. Lorsque l’on accepte des missions, il faut être capable de gérer sa charge de travail afin de livrer le client dans les délais. L’organisation peut se faire à plusieurs niveaux et c’est à chacun de trouver ce qui fonctionne pour lui. D’ailleurs, c’est cette organisation qui permettra au Freelance de rebondir en cas d’imprévu. Quant à la discipline, elle est indissociable de l’organisation. Ce que j’entends par là, c’est qu’il n’y aura personne pour rectifier le tir en cas de pépins.


Un autre point à relever, c’est la patience. J’avoue que ce n’est pas mon point fort ! Mais ma détermination et ma persévérance m’ont aidé à tenir, même dans les moments où le doute prenait trop de place… J’ajouterai à tout ceci, qu’il est important de se former de quelconque manière pour rester compétitif et pour crédibiliser ses services. Les clients auront beaucoup plus confiance en quelqu’un qui sait de quoi il parle.


Enfin, quelques étapes à ne pas négliger consistent à savoir faire des breaks, à se féliciter pour le travail accompli et à sociabiliser un peu. Ah oui, faites du sport également pour évacuer le stress !


Ayant fait l'expérience de différents types de contrats, quel est celui que vous préférez jusqu'à présent ? Pourquoi ?


Cela fait deux ans que je travaille avec mon tout premier client, celui qui a eu un impact décisif sur mon évolution professionnelle. C’est donc c’est sans aucune surprise que je place cette collaboration sur un piédestal. La raison principale concerne la liberté qu’il me laisse dans la réalisation de mon travail et la confiance qu’il m’accorde. Certes, il me communique ses instructions et la charge de travail à accomplir, cependant, il reste bienveillant dans ses échanges. Son côté pédagogue me permet d’avancer dans mon projet professionnel. Ce sont des éléments que j’ai toujours recherché dans mes anciens emplois et que je ne pouvais pas trouver.

En somme, le freelancing est un contrat qui me permet de mettre en avant mes compétences, ma créativité et mon autonomie, sans avoir quelqu’un sur le dos à longueur de journée ou qui me mette la pression.


Selon votre connaissance actuelle du marché du freelancing, quels sont les emplois en freelance les plus demandés aujourd'hui ?


Étant donné que j’évolue essentiellement dans le domaine du web, je dirais que tous les métiers en lien avec le digital ont la côte en ce moment.


Les demandes sont particulièrement fortes pour la rédaction Web SEO, le copywriting, le community management, le développement web, le coaching, l’assistance virtuelle, le graphisme, le développement UX ou encore la photographie. Après, dans les filières globales, on retrouvera notamment, la comptabilité, l’audit, le service à la clientèle, les services de ressources humaines incluant le recrutement, la formation à distance, les professeurs indépendants, les vidéographes, les traducteurs, entre autres.


Cette liste n’est certainement pas exhaustive. Avant de se lancer dans le freelancing, il est important de réaliser une petite étude de marché pour obtenir une meilleure visibilité au niveau de la demande.


Le travail en freelance implique souvent la gestion simultanée de plusieurs clients et projets. Comment faites-vous pour rester organisée et respecter les délais de vos projets, tout en jonglant avec diverses responsabilités ?


Je suis une “maniaque” de l’organisation. Il est indispensable pour moi que mes journées soient orchestrées de la manière la plus précise possible. Alors, j’ai bien évidemment mon carnet qui me permet de noter la liste de choses que je dois faire pour la semaine et de manière quotidienne. Ensuite, Google Calendar est essentiel pour moi, parce que cela m’aide à avoir une vue d’ensemble des projets que je dois soumettre pour le mois.


Enfin, Trello est une pépite quand il s’agit de gérer plusieurs projets à la fois. J’utilise aussi la méthode du chronométrage pour définir un délai pour la rédaction des articles et c’est ce qui m’aide à définir la charge de travail que je peux intégrer par jour, par semaine et par mois.


En fin de compte, tout ceci m’aide à me fixer des objectifs et à être plutôt sereine pour jongler entre mes diverses responsabilités. Après, ce n’est pas toujours parfait. Les journées sont parfois imprévisibles, mais la plupart du temps, je m’en sors de cette façon.


Le freelancing offre une grande liberté et une grande flexibilité, mais il peut aussi être difficile de maintenir un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Quels conseils donneriez-vous pour éviter le burn-out en tant que Freelance ?


Le piège du freelancing, c’est qu’on peut rapidement se laisser engouffrer par sa passion et sa charge de travail. Certes, il y aura des périodes où on n’aura pas forcément le choix et il faudra faire quelques heures supplémentaires. Cela dit, je pars du principe que trouver un équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée est obligatoire pour préserver une hygiène de vie correcte.


Là encore, l’organisation et la discipline occupent une place importante. Mais ce n’est pas tout. Généralement, lorsqu’on se lance dans le freelancing, c’est précisément pour harmoniser sa vie professionnelle et privée. Alors, il convient de se fixer des horaires précis pour le boulot et s’y tenir. Savoir lâcher prise peut également aider.


Dans l’ensemble, lorsque l’on respecte son emploi du temps (sauf cas exceptionnel), il est tout à fait possible de prendre du temps pour soi, et surtout de profiter de ses proches.


Les Freelances sont parfois confrontés à des périodes d'incertitude dues à un manque de projets. Comment naviguez-vous ces périodes de vaches maigres, et quels conseils donneriez-vous aux jeunes Freelances pour les aider à faire face à ce genre de situation ?


Bien que ces périodes puissent être effrayantes pour les freelances, je suis d’avis qu’il faut profiter de ce temps pour travailler sur son évolution autrement et ne pas trop paniquer.


Il faut savoir que le freelancing est une activité fluctuante et donc, lorsque la charge de travail est moins importante, il faut saisir cette occasion pour établir le bilan des objectifs fixés à court, moyen et long terme. Il peut également être envisageable de lancer d’autres objectifs. Par ailleurs, cette période est surtout propice pour faire de la prospection et trouver de nouveaux clients. Le Freelance peut également travailler ses moyens de communication ou encore se former pour rester à la page dans son domaine.


Enfin, c’est le moment idéal pour prendre du temps pour soi. Mais attention, pour éviter le stress de se retrouver en manque de revenus, il vaut mieux avoir un peu d’économie de côté. Une bonne gestion de sa trésorerie est indispensable. Après, il ne faut pas non plus que cette période dure trop longtemps. Si c’est le cas, c’est qu’il y a un problème et il faut revoir certains aspects du business.


Avec l'essor du travail à distance, le freelancing est devenu plus accessible. Toutefois, cela a également entraîné une hausse de la concurrence sur le marché. Quelles sont vos astuces pour vous différencier des autres Freelances sur un marché de plus en plus concurrentiel ?


Comme dans tous les domaines, la concurrence est inévitablement présente pour le freelancing. Après, ce qui permet de faire la différence, ce sont les actions que l’on décide de mettre en place. L’un des meilleurs moyens de sortir du lot, c’est de construire une présence en ligne. Aujourd’hui, c’est primordial pour promouvoir ses services et mettre ses compétences en avant. Il peut s’agir d’être plus actif sur Linkedin (le lieu par excellence pour prospecter de nouveaux clients), ou encore d’avoir un site Internet pour afficher les témoignages d’anciens clients.


Une autre astuce consiste à apprendre de la concurrence. Pour cela, il suffit de jeter un coup d’œil à la façon que les autres Freelances ont de présenter leurs services. Le but n’est pas de copier, mais de s’en inspirer.


Le portfolio peut également faire la différence. C’est une bonne technique pour présenter ses anciens travaux aux futurs clients. J’ajouterai deux autres choses à cette liste et cela inclut : l’amélioration de ses compétences et puis, lorsque le client demande des modifications, il convient de le faire tout en s’assurant d’avoir bien compris ses attentes.


Pensez-vous que le freelancing a un bel avenir à Maurice ?


Honnêtement, je dirais qu’il est tout à fait possible de se lancer dans le Freelancing et de bien s’en sortir.


Cela dit, je dois avouer que ce n’est pas évident (comme pour tout d’ailleurs). Il est vrai que ce type de business n’est pas forcément très mis en avant à Maurice. Il y a énormément d’entreprises (du moins, les grandes) qui préfèrent employer un salarié à temps plein plutôt que de collaborer avec un Freelance.


Cependant, je constate que les petites entreprises sont relativement ouvertes à l’idée de faire confiance à un Freelance. Après, pour devenir rentable, selon moi, il n’y a rien de mieux que de s’inscrire sur des plateformes dédiées aux Freelances. Il y en a énormément. C’est compétitif et c’est en même temps un défi à relever. Développer son réseau est indispensable et cela se passe au niveau de la visibilité en ligne !


Pouvez-vous nous parler d’une réussite dont vous êtes particulièrement fière et que vous avez vécue en tant que Freelance ?


Je considère chaque étape de mon parcours de Freelance comme une réussite. Cependant, je dois avouer que je suis particulièrement reconnaissante d’avoir cru en moi, d’avoir été tenace et d’avoir été capable de changer ma situation financière. Aujourd’hui, je suis très satisfaite de mes revenus, de mes collaborations et de chaque expérience obtenue au cours de ces deux années et demie.


Je n’ai qu’une hâte, c’est de voir ce que l'avenir va m’apporter.


Quel message aimeriez-vous transmettre aux lecteurs qui envisagent de devenir Freelance, mais qui n’osent pas franchir le cap par peur de ne pas avoir suffisamment de clients ?


Cette crainte doit être une source de motivation… À vrai dire, si on ne tente pas l’expérience, on ne saura pas vraiment si cela peut fonctionner ou non. De même, si au bout de quelque temps, on lâche l’affaire, il y a fort à parier que les résultats ne se verront pas. Ce sont les personnes qui restent suffisamment longtemps, qui atteignent leurs buts.


Il est tout à fait normal d’avoir des doutes. Au contraire, c’est très bien de pouvoir identifier ses peurs pour travailler dessus. Lorsque l’on met les bonnes actions en place et qu’on garde notre détermination, il n’y a pas vraiment de raison que les choses ne bougent pas de manière positive. Je dois reconnaître que cela prendra un peu de temps. Toutefois, si on croit en ses propres capacités tout en investissant sur soi, les efforts paieront.


Après, il est également possible d’allier le freelancing avec un CDI. Cela permet de démarrer tout doucement sans prendre le risque de tout lâcher d’un coup. Néanmoins, cela dépend aussi du temps que l’on est prêt à investir dans l’activité en question.


124 views0 comments

Recent Posts

See All

Comments


bottom of page